L’ēcho studio est un nouveau lieu de travail, de vie, d’échange et de partage sur Bordeaux. En plus d’être un salon de tatouage privé, c’est aussi un endroit qui se veut être aussi éco-responsable que possible, notamment dans les matériaux utilisés, dans les produits, dans les gestes du quotidien aussi. En effet, je souhaitais qu’il corresponde à ce que je suis et à mes convictions, l’environnement et préservation étant des choses qui me tiennent vraiment à coeur.


Bien que le tatouage soit par définition une effraction cutanée et donc encadré par des règles d’hygiène et salubrité strictes en France, il est tout de même possible de mettre en place des éco gestes, afin de rendre la pratique du tatouage plus respectueuse de l’environnement. Ces gestes peuvent paraître minimes, mais imbriqués les uns avec les autres, je suis convaincue qu’ils font la différence.


Ces éco-gestes peuvent avoir lieu pendant, avant ou après le tatouage, et même au quotidien, au sein de l'écho studio hors séance tatouage



En voici quelques exemples :

photo-accueil
salle-tattoo



Avant le tatouage: le contrat de consentement est par exemple signé élèctroniquement sur mon ipad, afin d’éviter l’impression papier. Le papier utilisé pour les impressions est un papier recyclé. Les imprimantes utilisées pour les impressions classiques ou les impressions de stencils sont des imprimantes Eco-tank, où les cartouches sont remplacées par des bouteilles d’encre, et leur consommation est très économiques (3 ans et jusqu’à 14000 pages en N&B). Le papier à stencils n’est pas un papier carbone à 3 couches mais une seule feuille type papier calque (beaucoup moins de déchets produits). Les versos des papiers sont réutilisés pour imprimer d’autres dessins si possible.


Pendant le tatouage: Tout le plastique a été remplacé par des matériaux de protections plus respectueux de l’environnement, fait à base de plantes. Bien que leur composition me permettrait de les composter, ce n’est pas possible, ces derniers étant considérés comme souillés après une séance. Mais lorsque qu’ils seront éliminés, ces déchets dégagent moins de CO2 qu’un plastique classique. Les bouteilles en plastique ont été remplacé par des bouteilles en verres. Le cellophane restant est un cellophane compostable.




Après le tatouage : La crème et savon proposés ne sont pas emballés dans du plastique, et sont fabriqués en France. La feuille de soin est envoyée par mail. Le désinfectant et nettoyant de surface utilisés sont une solution à base d’eau et de sel, crée par la marque Aquama et totalement certifiée. Le sopalin est fait à base de matière recyclée.

Au quotidien : En terme d’énergie, j’ai décidé de souscrire avec un fournisseur d’énergie verte. Durant les travaux, j’ai essayé d’utiliser des matériaux le plus respectueux de l’environnement, comme les peintures par exemple. Le salon dispose d’un compost pour les déchets du quotidien. On fait évidemment le tri au maximum. Les solutions hydro-alcooliques, le savon, et tout autre produit ménager sont achetés à la Recharge, un magasin/épicerie sans emballage à Bordeaux.

Bref, vous le voyez, les solutions existent ! J’essaierai de compléter cette page un maximum, pour que vous soyez au courant des réflexions, des choses mises en place, mais aussi pour, pourquoi pas, que d’autres salon puissent piocher dans ces solutions.

deco-studio



L’ēcho studio est un nouveau lieu de travail, de vie, d’échange et de partage sur Bordeaux. En plus d’être un salon de tatouage privé, c’est aussi un endroit qui se veut être aussi éco-responsable que possible, notamment dans les matériaux utilisés, dans les produits, dans les gestes du quotidien aussi. En effet, je souhaitais qu’il corresponde à ce que je suis et à mes convictions, l’environnement et préservation étant des choses qui me tiennent vraiment à coeur.


Bien que le tatouage soit par définition une effraction cutanée et donc encadré par des règles d’hygiène et salubrité strictes en France, il est tout de même possible de mettre en place des éco gestes, afin de rendre la pratique du tatouage plus respectueuse de l’environnement. Ces gestes peuvent paraître minimes, mais imbriqués les uns avec les autres, je suis convaincue qu’ils font la différence.


Ces éco-gestes peuvent avoir lieu pendant, avant ou après le tatouage, et même au quotidien, au sein de l'écho studio hors séance tatouage



En voici quelques exemples :

photo-accueil



Avant le tatouage: le contrat de consentement est par exemple signé élèctroniquement sur mon ipad, afin d’éviter l’impression papier. Le papier utilisé pour les impressions est un papier recyclé. Les imprimantes utilisées pour les impressions classiques ou les impressions de stencils sont des imprimantes Eco-tank, où les cartouches sont remplacées par des bouteilles d’encre, et leur consommation est très économiques (3 ans et jusqu’à 14000 pages en N&B). Le papier à stencils n’est pas un papier carbone à 3 couches mais une seule feuille type papier calque (beaucoup moins de déchets produits). Les versos des papiers sont réutilisés pour imprimer d’autres dessins si possible.


Pendant le tatouage: Tout le plastique a été remplacé par des matériaux de protections plus respectueux de l’environnement, fait à base de plantes. Bien que leur composition me permettrait de les composter, ce n’est pas possible, ces derniers étant considérés comme souillés après une séance. Mais lorsque qu’ils seront éliminés, ces déchets dégagent moins de CO2 qu’un plastique classique. Les bouteilles en plastique ont été remplacé par des bouteilles en verres. Le cellophane restant est un cellophane compostable.



salle-tattoo



Après le tatouage : La crème et savon proposés ne sont pas emballés dans du plastique, et sont fabriqués en France. La feuille de soin est envoyée par mail. Le désinfectant et nettoyant de surface utilisés sont une solution à base d’eau et de sel, crée par la marque Aquama et totalement certifiée. Le sopalin est fait à base de matière recyclée.

Au quotidien : En terme d’énergie, j’ai décidé de souscrire avec un fournisseur d’énergie verte. Durant les travaux, j’ai essayé d’utiliser des matériaux le plus respectueux de l’environnement, comme les peintures par exemple. Le salon dispose d’un compost pour les déchets du quotidien. On fait évidemment le tri au maximum. Les solutions hydro-alcooliques, le savon, et tout autre produit ménager sont achetés à la Recharge, un magasin/épicerie sans emballage à Bordeaux.

Bref, vous le voyez, les solutions existent ! J’essaierai de compléter cette page un maximum, pour que vous soyez au courant des réflexions, des choses mises en place, mais aussi pour, pourquoi pas, que d’autres salon puissent piocher dans ces solutions.



deco-studio